22882613_10155913209231869_1016830475_o.jpg

Japon

Contexte

Comment le Japon s'adapte au vieillissement

 
 

Le Japon, plus que tous les autres pays dans le monde, est confronté au vieillissement de sa population. Un quart d’entre elle a plus de 65 ans, et le Japon est le pays qui compte le plus de centenaires : 65 000 pour 127 millions d’habitants (contre près de 21 000 en France pour 66,9 millions d'habitants). 

La manière dont le Japon aborde les défis –  et les opportunités –  posés par le vieillissement rapide de la population fait du pays un véritable laboratoire pour le reste du monde. À la fois parce que les solidarités familiales restent très fortes  ; mais aussi parce qu'en même temps, le pays tout entier réagit pour adapter la société à cette nouvelle donne.

En 2000, le gouvernement japonais a lancé un programme d’assurance de soins de longue durée. « Comme en France, ce système est fondé sur le principe de l’assurance, mais aussi sur les taxes, notamment la TVA », explique Fumi Irie, du ministère de la Santé japonais. Une « assurance vieillesse » unique au monde, qui contribue à changer les moeurs en profondeur. « Ce dispositif bouleverse la société traditionnelle, explique Fumi Iri. Avant c’était les familles qui s’occupaient des personnes âgées dépendantes, surtout les femmes. Maintenant, elles peuvent travailler. » 

Ce système combine les soins de santé, les soins de long terme, les soins à domicile et des services de proximité à l'échelle de la communauté, pour permettre aux personnes âgées de continuer à vivre dans des endroits qui leur sont familiers, même s’ils nécessitent un niveau de soins avancé ou sont atteint de la maladie d’Alzheimer – 2,8 millions de personnes ont une démence au Japon et d’ici 2025 ce nombre passera à 4,7 millions. 

Le pays prend aussi peu à peu la mesure de la valeur sociale des personnes âgées. « On effectue encore une catégorisation par l’âge et les personnes âgées sont systématiquement considérées comme des personnes à aider. Mais cela ne correspond plus à la réalité », souligne Fumi Irie, du ministère de la Santé japonais. Au Japon, 29,3% des hommes âgés de 65 ans et plus continuent de travailler, contre à 3,2% en France. « Pour la plupart des Japonais, surtout pour les hommes, le travail constitue un socle important : ils y voient un moyen de préserver le lien avec la société. »

On a justement rencontré des initiatives qui permettent de valoriser le rôle social des personnes âgées – comme chez Days BLG, où les « vieux » atteints de troubles cognitifs peuvent continuer à travailler et se sentir utiles au sein de leur communauté. On a aussi visité des endroits où les vieux et les jeunes construisent ensemble un lieu de vie où ils peuvent prendre confiance en eux et s’épanouir – comme l'établissement intergénérationnel Aoi Care – ou encore des programmes qui mobilisent familles et professionnels de santé pour prendre soin des personnes âgées en perte d’autonomie – comme la méthodologie Humanitude, implantée par le français Yves Gineste et qui fait un véritable tabac au Japon.

On vous laisse les découvrir ici.

 

DSC00286 copie.jpg

Rue de Kyoto

 
 

REPORTAGE - ILS FONT

Shinko Fukushikai

On a rencontré Masue Katayama, une entrepreneure sociale de 78 ans. Depuis plus de 30 ans, elle transforme les bâtiments abandonnés en maisons de retraites abordables pour les vieux Japonais et elle emploie des aides-soignants étrangers, traditionnellement discriminés dans la société.

REPORTAGE - ILS FONT

Days BLG!

Ils lavent des voitures, postent le journal, connaissent les meilleurs tubes du karaoké japonais... On a suivi des vieux Japonais complètement déments dans leurs petits boulots au centre d'accueil Days BLG!

REPORTAGE - ILS FONT

Humanitude

Il leur apprend à se toucher, à se regarder dans les yeux… Le Français Yves Gineste enseigne aux Japonais comment donner de la tendresse aux personnes âgées. On a voulu comprendre pourquoi sa méthode, Humanitude, fait un carton au pays des Nippons.

REPORTAGE - ILS FONT

VR Dementia - Dans la tête d'Alzheimer

Dans la tête d’Alzheimer : grâce à la réalité virtuelle, des étudiants de la Keio University, à Fujisawa, apprennent à ressentir ce que ressentent les personnes âgées atteintes de troubles cognitifs.

ILS FONT - JAPON

AOI Care

Chez AOI Care, l'établissement fondé par Tadasuke Kato à Fujisawa, on s’attache à déceler et réaliser le potentiel oublié de chacun. Les vieux atteints de maladies neurodégénératives comme les adolescents en décrochage scolaire y trouvent leur place. 

D’autres vidéos à venir, ne manquez rien!

 

→ S'abonner sur 

Facebook

→ S'abonner sur 

Instagram

→ S'abonner sur 

 Twitter

→ S'abonner à la

Newsletter