Le Chao Men de Mamie Léone

Léone et Roland se sont rencontrés à Tahiti : elle y habitait, il était marin. 20 ans plus tard, le couple a ouvert ensemble le restaurant "Tahiti" en Bretagne. La spécialité de l'institution ? Le Chao Men, l'emblème de la cuisine chinoise à Tahiti. Aujourd'hui, le resto est fermé, mais "Mamie Léone" continue de transmettre sa cuisine à ses enfants, petits-enfants et arrière petit-fils !

Publié le :
28/4/2022

Chez Léone et Roland, la cuisine est la pièce centrale de la maison. Grande, lumineuse, des plaques de cuisson disposées sur un îlot central. 


C'est sur le site Tahitien en France que je suis tombée sur les recettes de Mamie Léone. Elle et son mari, Roland, ont tout de suite été partants pour participer à un tournage. Il faudra plusieurs mois pour l'organiser, le temps de trouver d'autres personnes à filmer dans les environs – on est du côté de Pont-Aven dans le Finistère – et d'organiser le voyage. Léone a grandi à Tahiti, dans une famille d'origine chinoise. La décoration de leur maison rappelle le passé de marin de Roland, c'est comme ça qu'il a rencontré Léone il y a plus de 50 ans. Le plat du jour est un Chao Men, recette typique de ce mélange des cultures, c'est l'emblème de la cuisine chinoise de Tahiti.

On voit à l'agencement de la cuisine que c'est une pièce importante de leur maison, la pièce est grande et lumineuse, avec un îlot central sur lequel sont placées les plaques de cuisson. Tous les ingrédients sont sortis quand on arrive et le tournage commence rapidement. A sa manière d'expliquer pas à pas la recette, on sent que Léone a l'habitude de transmettre, elle donne des cours de cuisine dans le cadre de l'association Breizh Polynesia. Roland, éternel bavard, se met dans un coin et observe attentivement Léone cuisiner et répondre à nos questions. Elle nous parle de ses enfants, de ses petits-enfants et de son arrière-petit-fils, né quelques jours avant notre venue.

Prendre le temps de vivre


Une fois le plat fini, ils nous racontent ensemble leur temps au restaurant « Tahiti », qu'ils ont tenu pendant vingt ans à Pont-Aven. Elle aux fourneaux, lui en salle. Roland se souvient de la venue de celui qui a fait inscrire leur restaurant dans le guide du Routard avec ce commentaire, qui ne surprendra quiconque a rencontré le couple : « Service très sympathique mais un peu lent, normal, ici, on prend le temps de vivre un peu comme là-bas… » On pose nos dernières questions à Léone et la prenons en photo avec son plat, sous les yeux de Roland qui la regarde amoureusement. Il enchaîne avec une nouvelle anecdote sur le restaurant, le jour où toutes les plaques du Routard leur ont été volées, une semaine avant leur fermeture. Un journaliste passait par là et l'affaire est arrivée aux oreilles du breton patron du Guide, Philippe Gloagen. Touché par leur mésaventure, il leur a fait parvenir des plaques pour remplacer les disparues.


Comme prévu, nous mangeons le Chao Men préparé par Léone. Roland nous parle de sa mère, qui vivait seule, se préparait à manger et ouvrait chaque semaine sa douzaine d'huîtres du marché jusqu'à son décès... quand elle avait 100 ans et demi. Je suis bluffée. Le couple nous remercie de notre visite et d'apporter un peu de jeunesse et de nouveauté dans leur quotidien. Nous repartons, direction Quimper, pour revenir des souvenirs plein la tête à Paris.

Texte : Adèle Cailleteau, Photos : Richard Adle, Adèle Cailleteau

Papyrus

Le portrait des vieux de la vieille, l'histoire des savoir-faire et les coulisses du média, on vous dit tout dans la newsletter papyrus.

Votre demande a bien été prise en compte !
Une erreur s'est produite ! Si vous n'arrivez pas à vous inscrire, veuillez réessayer ultérieurement ou contactez-nous sur contact@oldyssey.org. Merci !"

Suivez Oldyssey sur

Contactez-nous

Contact@Oldyssey.org